Sortie du 28 juin 2018 – Le Parc Mauresque à Arcachon

Sortie du 28 juin 2018 – Le Parc Mauresque à Arcachon
Lionel Baugé - Jetée Thiers - croquis sur le vif

Une journée dans la ville, avec rendez-vous au bas des escaliers du parc mauresque.  C’est une chance,  la rue en face est piétonne. Pour Anne et Denis, c’est la possibilité de s’installer  au milieu de la rue et de croquer ce qu’ils voient.  D’abord, la tour de béton art déco qui abrite l ‘ascenseur, mais aussi les platanes et palmiers qui  l’entourent  et encore  les  énormes pots de fleurs ronds qui jalonnent la descente et sans compter les  lanternes si typiquement arcachonnaises. Mince besogne  que de faire coexister tout ce monde sur le papier. Plusieurs personnes nous interrogent sur notre présence et certaines ne nous cachent pas d’être tentées de nous rejoindre une prochaine fois.

De sa virée vers la jetée Thiers, Lionel rapportera un subtil inventaire de portraits des clients  à la cabane de l’UBA ; touristes achetant leur billet. Pour sa part Maud venue de nous rejoindre depuis Bordeaux, reviendra  de la jetée d’EYRAC avec deux légères aquarelles  dans lesquelles les subtiles réserves de blanc donnent volume et dynamique  à l’eau et aux nuages. Quand à Andrée, restée dans le parc elle enrichira son livre de voyages de beaux arbres peints au lavis.

Nous nous retrouvons pour pique-niquer au frais dans le parc mauresque. Des peintres professionnels y ravivent les couleurs de la pinasse qui  repose sur le gazon. Aujourd’hui encore nous rencontrons une Versaillaise qui  travaille sur une huile de la forêt de toits que l’on aperçoit depuis l’esplanade du Parc. En l’occurrence, elle est le professeur qui animait  les stagiaires rencontrés la semaine dernière au Port de Larros et qui  attend de nouveaux stagiaires pour la semaine prochaine. Ne perdant pas de temps, pendant le déjeuner,  nous échangeons sur travaux réalisés le matin. Lionel nous sonne quelques  secrets de portraitistes, notamment sur la façon d’observer le modèle pour savoir  à quel endroit démarrer le dessin.

L’après-midi la chaleur nous dicte de rester sous les ombrages. Andrée se lance dans la réalisation au pastel gras d’un massif d’hortensias plein de fraîcheur, Anne entreprend  de faire la pinasse en cours de réfection. Hélas, en cours de réalisation les peintres changent sa couleur.  Sous les yeux consternés d’Anne, d’orange elle passera au vert, l’obligeant pour rester fidèle au « vif »  à modifier sa palette.  Pour ma part, c’est sur papier kraft que je fais au crayon pastel le massif de palmiers qui orne le centre du jardin,

Lionel et Maud partent vers le haut du parc, ils ne reviendront pas avant 16h 30, à l’heure du couvre-feu. Plus le temps de débattre, c’est entendu, lors de la prochaine fois, c’est en priorité qu’ils nous commenteront leurs œuvres.  Nous avons hâte d’en savoir plus.

Bref, une bien belle journée tant en ce qui concerne rencontres, les œuvres, les échanges et la bonne humeur.

 

Denis Bellocq

Laisser un commentaire

Fermer le menu